Bilan de l’initiative d’observatoire des féminicides - Rapport


Publié
12 juillet 2021
Auteur
Rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes, ses causes et ses conséquences
Objectif
Contribuer au rapport de la Rapporteuse spéciale sur le fémicide, qui sera présenté à la 76e session de l’Assemblée générale
Link

Contexte

La question du fémicide, ou des meurtres de femmes liés au genre, a été une priorité thématique pour la Rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes, ses causes et ses conséquences, Mme Dubravka Simonovic. En 2015, elle a lancé un appel aux États pour la mise en place de « mécanismes de surveillance du fémicide » et/ou des observatoires, et dans son rapport à l'Assemblée générale en septembre 2016 (A/71/398), elle a précisé les modalités de création d'un tel mécanisme. Depuis lors, elle a lancé des appels annuels aux États pour qu'ils soumettent des informations sur les mesures prises et fournissent des données sur les cas de fémicides.

La Rapporteuse spéciale entend faire le point sur les progrès réalisés pour prévenir et combattre le fémicide, notamment dans le cadre de l'initiative « surveillance du fémicide », ainsi que recueillir les bonnes pratiques et émettre des recommandations sur l'utilisation des données pour concevoir et mettre en œuvre des stratégies efficaces de prévention de fémicide. Ses conclusions seront présentées dans un rapport à la 76e session de l'Assemblée générale des Nations unies.  

Objectifs

L'objectif général de l’initiative des « mécanismes de surveillance du fémicide » a été de promouvoir des politiques et des stratégies de prévention du fémicide fondées sur des données probantes, par la collecte de données comparables sur les taux de fémicides aux niveaux national, régional et mondial. Analysées sous l'angle des droits humains par des organismes nationaux multidisciplinaires, les données sur les fémicides peuvent être utilisées par les gouvernements afin de déterminer les lacunes des lois et politiques nationales, y compris leur manque de mise en œuvre, et afin de prendre des mesures préventives.

Des mesures importantes ont été prises pour mettre en œuvre les recommandations de la Rapporteuse spéciale à cet égard, notamment par la création de mécanismes/observatoires sur le fémicide. Chargés de la collecte et de la diffusion de données sur les fémicides, un certain nombre de ces observatoires ont été mis en place au cours des trois dernières années par des gouvernements, des mécanismes indépendants de défense des droits humains et des institutions de la société civile ou universitaires.

Comme de plus en plus de données ont été collectées et mises à disposition par les observatoires du fémicide, y compris des informations détaillées sur la relation entre les victimes et les auteurs, les gouvernements de ces pays sont dotés d'un outil utile qui devrait être appliqué à la prévention. La Rapporteuse spéciale souhaite souligner la nécessité d'utiliser efficacement ces données pour évaluer et améliorer les réponses en matière de politiques publiques au fémicide, notamment en examinant l'efficacité des mécanismes de protection, en améliorant la formation des fonctionnaires de justice et de police, et en modifiant la législation si nécessaire.

Contributions reçues

États membres

Institutions nationales des droits de l'homme

Entités des Nations Unies et mécanismes régionaux

Société civile

   Autres


Procédures spéciales
Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes
Derniers rapports thématiques
Questions traitées
Coordonnées

Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes
HCDH-ONUG,
8-14 Avenue de la Paix
1211 Genève 10 ​
Suisse
Télécopie : + 41 22 917 9006
Courriel : vaw@ohchr.org
Rapporteuse spéciale sur Twitter : @DubravkaSRVAW

Autres participations
Liens externes